Droits d’auteur : le selfie du macaque

Que s’est-il vraiment passé ?

David J. Slater est un photographe animalier britannique. Son plaisir : photographier des animaux sauvages partout sur la planète (vous pouvez découvrir son travail ici)

David J. Slater

En 2011, le photographe chevronné se rend en Indonésie, sur l’île de Sulawesi, afin de réaliser un reportage photo sur les macaques noirs à crête (macaca nigra).

Dans cet article posté sur son site, il raconte comment il a eu l’idée de laisser son appareil photo à disposition des macaques, durant quelques minutes.

Couverture du livre photo sur www.blurb.com

C’est pendant ce laps de temps qu’un macaque, nommé Naruto, a pris une série de selfies incroyable avec l’appareil photo du photographe.

Une fois rentré chez lui, David J. Slater édite un livre photo reprenant ces selfies d’un autre genre. En parallèle, les photos circulent également sur Wikimedia, la base de données de photos libres de droits de Wikipedia qui considère que ces photos sont libres car prises par un animal.

Le débat

Mais l’ONG de défense des animaux PETA a estimé que les droits d’auteurs émanant de cette photo devaient revenir à son véritable auteur, le macaque, car c’est lui qui a appuyé sur le déclencheur de l’appareil.

L’ONG poursuit donc le photographe David J. Slater en justice, et perd une première fois en 2016. La justice américaine avait alors estimé qu’elle ne considérait pas les animaux comme des auteurs. Ils ne pouvaient en aucun cas être protégés par la législation sur les droits d’auteur.

Mais PETA a fait appel, et, le 11 septembre 2017, un compromis a été établi entre le photographe et l’ONG.

Ce compromis stipule que 25% « de tous les revenus provenant de l’utilisation ou de la vente des selfies du singe à des œuvres de charité qui protègent l’habitat de Naruto et d’autres macaques indonésiens », une espèce en voie d’extinction.

En dehors du pas de géant qui a été fait concernant la reconnaissance du statut des animaux, cette histoire pose des questions essentielles sur les droits d’auteurs des photographes.

À quel moment une photo devient une œuvre avec des droits d’auteur ?

Nous allons plutôt nous intéresser à ce que veut dire être l’auteur d’une photo.

Dans l’affaire du selfie du macaque, qui est l’auteur véritable de la photo ? David J. Slater, ou Naruto, le macaque qui a pris le selfie ?

Peut-on considérer que c’est le photographe David J. Slater ? C’est lui qui a mis en place son appareil photo pour que le macaque s’en empare et joue avec. Il avait plus ou moins prévu, ou du moins espérait qu’il appuierait sur le bouton. De plus, les photos sont nettes, la luminosité est correcte. Ces réglages ont été fait par David J. Slater, pas par le macaque. Enfin, la photo a été développée par le photographe. Une photo qui n’est pas développée, même numériquement, est-elle une œuvre d’art si personne ne peut la voir ?

Ou alors est-ce le macaque Naruto le véritable auteur de la photo ? En effet, c’est bien lui qui appuie sur le déclencheur, la dernière action qui permet de prendre la photo. C’est aussi lui qui choisit le cadre de l’image. Pour faire encore plus simple : sans le macaque : pas de photo ! Mais Naruto a-t-il vraiment eu une intention artistique en prenant cette photo ? Se rendait-il compte de ce qu’il faisait ? En même temps, faut-il une intention artistique pour composer, créer une œuvre ?

Si l’on sort de ce contexte de l’affaire du selfie du macaque, qu’est ce qui fait qu’une photo est une œuvre produite par une personne (ou un animal 🙂 ) ?

Est-ce toute la préparation en amont ? Réglages, disposition du trépied, des flash… Est-ce la mise en scène de la photo ? La direction des modèles ? Le cadre ? Ou bien est-ce le moment ultime ou l’on appuie sur le déclencheur ? Ou alors le moment ou l’on développe la photo ? Les retouches ?

C’est peut-être toutes ces étapes qui mènent à la création d’une œuvre photographique ! Sans l’une de ces étapes, la photo n’existe pas.

Dans le cas de Naruto et de David J. Slater, on peut alors considérer que c’est un travail d’équipe. David J. Slater a tout préparé pour que le macaque puisse prendre une photo. L’un sans l’autre, ces photos n’auraient jamais existé !

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire