Marketing pour Photographes

Réseaux sociaux et photographie : comment gérer sa communication ?

Les réseaux sociaux sont devenus indispensables pour développer son entreprise. Savoir communiquer sur soi, sa différence, ses produits, ses services, est un art parfois difficile à maîtriser. Pour essayer de comprendre comment se servir au mieux de ces relais communautaires, nous avons comparé les comportements de trois photographes sur les réseaux sociaux. Florian Commaille, Philippe Félicité et Joanie Dachy ont accepté de nous dévoiler leurs trucs et astuces pour être efficace et lier réseaux sociaux et photographie. Nous avons également demandé à Rachel Nething, photographe et blogueuse influente sur le thème (entre autres) du marketing, de nous donner son avis.

EDIT : voir notre article sur comment tirer parti du nouvel algorithme de Facebook ! 

Sur combien de réseaux sociaux êtes-vous présents ?

Florian Commaille : Facebook, Instagram & Pinterest.

Philippe Félicité : Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest

Joanie Dachy : Facebook, Instagram, je ne comprends pas trop Twitter …

Untitled design (6)

L’avis de Rachel :

Je pense que Facebook est aujourd’hui le réseau qui compte le plus grand nombre d’abonnés, et surtout d’abonnés actifs. Il y a de fortes chances qu’une bonne partie de notre clientèle s’y trouve. Les réseaux très « visuels » comme Pinterest et Instagram sont aussi de bonnes idées. Cela va dépendre de la stratégie du photographe, du temps qu’il a à  y consacrer et surtout de sa cible client.

Comment vous servez-vous de ces réseaux communautaires ?

Florian : Chaque réseau a ses spécificités. Par exemple, Instagram me sert à montrer les coulisses de mes séances photos et à faire un peu de teasing. J’utilise Pinterest pour diffuser des idées de décoration, de poses pour les couples… Et enfin, Facebook pour tout le reste : nouveautés, promotions, actualités, discussions…

Philippe : Me faire connaître, développer mon réseau.  Il y a des connaissances de mes clients qui se retrouvent sur ma page Facebook par réseau. Instagram, c’est plus pour la photo. De toute façon on ne peut pas mettre autre chose ! J’ai lié mes comptes Facebook et Twitter, donc c’est sensiblement la même chose, même si twitter c’est plus technique. Je publie surtout des photos, des actualités sur les coulisses de mes shootings, mais jamais rien sur ma vie privée.

Joanie :Facebook, c’est plus pour le côté professionnel. Je ne trouve pas ma clientèle sur Facebook. C’est pour moi un relai d’informations pour les workshops que je propose. Mes clients me suivent une fois qu’ils ont réalisés une prestation avec moi. 70% de mes clients me trouvent sur Google ou via le bouche à oreille. Facebook me sert principalement à montrer mes dernières photos et mettre en avant les produits de mes partenaires.
Sur Instagram, je publie des photos un peu plus perso, plus « coulisses ». C’est souvent des photos de mon studio, ou des ateliers que j’organise. Il faut que ce soit quelque chose de rapide à lire, c’est de l’instantané !

L’avis de Rachel :

Avoir un compte sans âme sur chaque réseau n’a pas de sens. Il est important de différencier sa communication sur chaque réseau, de respecter les codes et usages de chacun, de répondre aux commentaires, aux messages…

Savez- vous quel type de publications rencontre le plus de succès ?

Florian : Oui, et à mon grand regret, ce sont les photos où j’apparais dessus ! (je n’ai pas encore posté de photos de chatons pour comparer).

Philippe : Je fais des photos boudoir, donc je sais que quand je poste des photos un peu glamour, ça marche très bien !

Joanie : Sur Instagram, je l’ai remarqué il n’y a pas si longtemps, une photo « backstage » de la déco de mon studio prise avec un téléphone a beaucoup plus de succès qu’une superbe photo prise avec du matériel professionnel. Montrer la « vraie » vie, sa vie en fait, c’est ouvrir une porte sur soi et ça plait beaucoup !

L’avis de Rachel :

Nous photographions bien souvent des moments forts, voire intimes, de la vie de nos clients, il est légitime qu’ils aient envie de connaître un peu la personne qui va partager leur mariage, qui va rencontrer leur bébé de quelques jours… Je ne pense pas que cela « attire » de nouveaux clients, mais cela peut finir de convaincre des clients potentiels de nous faire confiance.

Il y a d’ailleurs une citation que j’aime beaucoup à ce sujet : « Ne vendez rien. Gagnez plutôt le respect et la confiance de ceux qui risquent de devenir vos clients. » de Rand Fishkin.

En moyenne, combien de temps passez-vous sur les réseaux sociaux ?

Florian : En pleine saison (mai à septembre), je dirais 30 minutes à 1h par jour. En saison creuse, ça peut varier entre 2h et 5h selon les discussions avec les confrères, clients, fournisseurs…

Philippe : Pour Instagram, quelques minutes par jour, le temps de poster une photo. Je ne consulte pas beaucoup les autres profils. Facebook, j’y passe beaucoup de temps. Beaucoup trop même ! C’est toujours allumé ! Je discute beaucoup avec mes clients par la messagerie Facebook, c’est un bon moyen d’échange.

Joanie : Je n’arrive pas vraiment à quantifier… Facebook est toujours ouvert chez moi ! On est une génération ultra-connectée ! Puis c’est par petites touches tout au long de la journée… Je dirais en tout 1h par jour !

L’avis de Rachel :

Ce qui prend le plus de temps, c’est généralement d’établir sa stratégie de marketing digital et de préparer tout son « matériel »  en amont : article de blog, photo, concours… On peut au départ se fixer 2 publications par semaine et augmenter progressivement sa présence sur les réseaux. Cela doit être un moment agréable d’échange avec vos clients et non une contrainte. Attention tout de même, lorsqu’on débute sur un réseau, il faut créer sa communauté et cela prend du temps. Ne vous découragez pas si vous n’avez pas ou peu de retours, soyez patients et continuez vos efforts.

Pensez-vous qu’il est important pour un photographe d’être présent sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ?

Florian : Oui, cela me parait important aujourd’hui, même si ce n’est pas indispensable. Certains s’en sortent très bien sans tout ces relais.

Philippe : Je pense que si on n’est pas présent sur les réseaux sociaux, on peut rater de réelles opportunités…

Joanie : Tout dépend de sa cible, de son objectif. Si je veux toucher un large public, m’exposer au monde entier, il faut que je sois présente sur les réseaux sociaux. Mais si j’ai une cible différente, si je veux toucher un public plus ciblé, dans ma ville ou ma région, alors mieux vaut fonctionner au bouche à oreille, même si les réseaux sociaux sont un bon complément !

L’avis de Rachel :

En tant que photographe, nous avons un atout indéniable. En effet, les images sont beaucoup plus faciles et rapides à lire que les longs discours, elles sont aussi plus virales (plus faciles à partager), ce serait vraiment dommage de ne pas en profiter !

Quels conseils et/ou astuces donneriez-vous à vos confrères pour être efficace sur les réseaux sociaux ?

Florian : Il faut bien cibler ses messages en fonction des réseaux sociaux utilisés. Ne surtout pas faire comme moi et s’organiser pour être plus efficace !

Philippe : Il faut cibler sa clientèle, encore plus sur les réseaux sociaux. Il ne faut pas hésiter à faire de la publicité sur Facebook. Moi, la première fois, j’ai eu 500 likes de plus sur ma page ! C’est beaucoup mieux qu’un salon, et beaucoup plus rentable ! Aussi, ne pas hésitez à créer des galeries Lumys publiques, pour montrer son travail de manière très simple, et à les partager sur Facebook !

Joanie : Trop de publications tue la publication ! Maximum 2-3 fois par semaine…  Il ne faut pas trop publier pour ne pas lasser !

L’avis de Rachel :

Chaque publication doit avoir un objectif précis. Cela vous permet d’avoir un message clair et unique. Ne tentez pas de courir plusieurs lièvres à chaque fois, ou de « ratisser large ». Si vous avez beaucoup d’idées, notez-les et faites plusieurs publications. Le message sera mieux compris, et les retours plus intéressants. Pour être efficace, vous devez veiller à publier le bon message, sur le bon réseau, au bon moment et à la bonne cible. Si votre publication ne répond pas à ces quatre critères, modifiez-la. N’hésitez pas à prendre le temps de consulter régulièrement les statistiques des réseaux pour connaître vos lecteurs et leurs habitudes.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le marketing digital, procurez-vous le livre de Rachel Nething « Photographe 3.0 : Optimiser sa présence sur le web et créer une dynamique commerciale efficace » aux éditions Eyrolles.

Tenez-vous informé de ses nombreuses formations sur son blog Portrait ou paysage !

Untitled design (10)

Untitled design (9)

Untitled design (6)

Untitled design (7)De gauche à droite : Rachel Nething, Florian Commaille, Philippe Félicité, Joanie Dachy

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *