charline-photography-naissance-romy-5

Charline Photography : oser pour créer

Photographier des raisins pendant les vendanges, ou bien les buildings de La Défense, Charline est une touche-à-tout. Elle aime les voyages, les rencontres, et bien sûr la photo. Sa conception du métier de photographe ? Oser et créer !

Quand avez-vous débuté votre métier de photographe?           

J’ai officiellement lancé mon activité en juillet 2016 mais cela fait quelques années que j’y réfléchis et que je m’exerce à droite à gauche.

charline-photography-mariee-marion-24

Charline Photography

Aviez-vous un domaine de prédilection ?

Pas vraiment, j’ai toujours eu une nature très curieuse à vouloir apprendre via tout ce que j’avais sous les yeux. Je dirais que j’ai peut-être toujours eu un penchant pour les portraits parce que j’aime le rapport humain. J’ai pris la décision de devenir photographe lors d’un tour du monde de 2 ans, mais de là à dire que c’est un domaine de prédilection…

charline-photography-vendanges-bordeaux-36

Charline Photography

Aujourd’hui, vous semblez vouloir toucher à tout, pourquoi ?

En fait, tout me passionne. Je suis de ces gens qui vivent tout à 100%, et je suis toujours enthousiaste à l’idée de faire de la photo. Donc, qu’on me propose une séance photo en famille, de prendre des raisins en photo pendant les vendanges ou aller explorer les tours de La Défense, tout m’intéresse. Cela force à forger son œil à plein de disciplines, à se remettre en question en permanence, à chercher de nouveaux angles, à développer sa créativité. Cela permet aussi de rencontrer beaucoup de personnes de milieux différents et donc à avoir accès à des choses nouvelles. J’ai décidé de me lancer dans un métier créatif et je veux donc cultiver cette créativité au quotidien, m’en servir pour proposer des choses. Par exemple, quand je m’entraîne à de la photo macro en forêt, cela me permet ensuite de travailler différemment les détails lors de mes séances nouveau-nés.

charline-photography-1-travels-3

Charline Photography

Selon vous, quel est le mieux pour un photographe : se tenir à un seul domaine, ou bien explorer le plus de choses ?

Je ne pense pas que l’un ou l’autre soit mieux, je pense qu’il faut juste faire au feeling, en fonction de sa personnalité. Certains ne sont pas à l’aise dans tous les domaines. J’ai rencontré par exemple des photographes pour qui la photo est très personnelle et qui fuient le rapport humain, ils préfèrent donc se concentrer sur la photo d’architecture par exemple, et ils le font d’ailleurs très bien. Les photographes hyper spécialisés dans un domaine deviennent des maîtres de leur discipline et je suis très admirative de ces gens-là qui poussent leur œil au maximum sur un seul domaine et qui arrivent à montrer des choses incroyables.

charline-photography-sport-9

Charline Photography

Mais je pense que toucher à tout et aussi un vrai plus, cela apporte une curiosité que d’autres n’auraient peut-être pas. Cela ajoute un grain de folie, des idées diversifiées, ça permet d’apprendre beaucoup de techniques et de ne jamais s’ennuyer. Je n’ai pas envie de tourner en rond en me spécialisant et en ayant l’impression de faire un peu toujours les mêmes images quel que soit mon client. Après, le fait d’explorer plus de choses n’empêche pas de pousser la technique sur un sujet précis. Je fais pas mal de workshops, je partage des journées à faire des photos avec d’autres photographes pour apprendre d’eux. Ca ne veut pas dire qu’un jour je ne me spécialiserai pas, mais pour l’instant, je crois que cette diversité m’enrichit tellement et me permet d’avoir un quotidien tellement stimulant que je ne veux pas m’en séparer.

charline-photography-sport-34

Charline Photography

Quels conseils donneriez-vous à un photographe qui se lance dans le métier ?

Je ne suis pas sûre d’être la mieux placée pour (déjà) donner des conseils à un photographe qui se lance, mais je crois que le conseil à toujours garder en tête, c’est de travailler. La photo est certes une passion, mais si on veut la transformer en métier et arriver à gagner sa vie avec, il faut travailler très dur, se remettre en question perpétuellement, apprendre de ses erreurs, s’enrichir de l’expérience des autres. Oser aussi, c’est important. Beaucoup de photographes m’ont dit qu’il fallait absolument se spécialiser dès le début si on voulait être reconnu dans ce métier et percer. Et bien moi je pense que si on sort un peu des sentiers battus et qu’on ose, on peut aussi réussir !

Ah et comme il paraît que ça fait bien de mettre une citation dans un article :), je vais aussi donner un autre conseil de David Alan Harvey « Don’t shoot what if looks like. Shoot what it feels like » (« Ne prends pas en photo ce que tu vois, prends en photo ce que tu ressens »)

charline-photography-portraits-7

Charline Photography

Comment voyez-vous votre avenir professionnel ?

Je n’aime pas trop réfléchir au futur, quand je vois comment ma vie a changé ces 4-5 dernières années, j’ai du mal à me projeter et me dire que je ferai ça ou ça de façon certaine. Je préfère plutôt vivre au présent et m’embarquer dans toutes mes idées folles du moment. Mais disons qu’à court / moyen terme, je vais continuer à proposer les séances photo en famille, entre amis, mariages, portraits et autre à Paris ou ailleurs parce que j’aime ces échanges au quotidien et le fait de partager des moments de bonheur avec les gens. Et à plus long terme, j’aimerai retourner sur les routes et raconter les histoires des gens croisés en chemin. J’ai tellement d’anecdotes de voyages, de belles histoires de rencontres que je ne peux m’empêcher de vouloir raconter ça aux autres. Je suis une amoureuse de l’humain et des échanges, et encore plus dans cette période que l’on vit, je crois qu’il faut se rapprocher de l’essentiel et de ce(ux) qui nous entoure(nt).

Charline Photography

charlineSite internet / Facebook / Instagram

comment-devenir-photographe-professionnel-couple-famille-portrait

Explore & Sens : le projet qui vous veut du bien

Aujourd’hui, Lumys vous propose une rencontre très enrichissante avec Jérémy Guillaume, l’un des co-fondateurs du projet Explore & Sens. Ces deux photographes professionnels travaillent autour des valeurs, du sens et de l’introspection. Tout un programme !

Racontez-nous en quelques lignes le projet « Explore & Sens »

« Avant de vous en dire davantage sur Explore & Sens, il faut savoir que nous sommes deux co-fondateurs, Jérémy Guillaume et Baptiste Dulac. Nous sommes tous les deux photographes professionnels spécialisés dans la photo sociale.

On pourrait résumer Explore & Sens en une phrase : « Explorez-vous, apprenez à savoir ce qui vous anime au plus profond de vous pour donner sens à vos images et devenir le photographe que vous méritez d’être. »

On souhaite que chacun trouve sa propre voie. On pense qu’en étant unique on ne peut pas être concurrencé, car les clients viendront pour qui l’on est en premier lieu.

On ne se positionne pas en donneur de leçons, on veut seulement échanger nos points de vue. On pense que tout le monde a quelque chose à partager. C’est à travers ces échanges que peuvent naître les plus belles idées. »

jeremy-guillaume-photographe-presentation-valeurs dsc_7886

 

À gauche, Jérémy Guillaume (photo de Baptiste Dulac).  À droite, Baptiste Dulac (photo de Jérémy Guillaume).

Comment est née cette idée, cette envie de créer ce projet ?

« Explore & Sens est né il y a presque 1 an maintenant.  On a commencé à réfléchir ensemble aux problématiques que l’on rencontrait, et à échanger nos points de vue (démarches, traitement, prise de vue, tarifs…). On a beaucoup évolué grâce à ça. C’était très formateur car même si l’on a des approches différentes on partage des valeurs fortes.

comment-devenir-photographe-4

Photo de Baptiste Dulac

En parallèle on a participé à de nombreuses formations (pour nous c’est important de se former continuellement, on a toujours à apprendre des autres). Plus le temps passait, plus on avait envie d’en proposer une.

Le partage et les échanges étant au cœur de nos valeurs, on a vite compris ce que l’on voulait proposer. On a alors imaginé et conçu notre premier workshop, « 2 jours » (http://deuxjours.fr/). On souhaitait faire vivre aux participants une expérience différente, centrée sur eux et leurs besoins.

Dès le retour du workshop, nous voulions encore plus partager nos idées, nos valeurs, nos envies et notre vision. On a donc créé le site www.explore-sens.fr. Il était important pour nous d’avoir un espace en ligne pour donner des infos. Chaque semaine on propose un article en accès libre où l’on partage notre expérience ou un point de vue. »

Quels sont les thèmes abordés dans vos articles ?

« On est tous les deux photographes de portrait (mariage, couple, famille, entreprise). Du coup, nous n’avons pas de règles pré-établies mais nous ne parlons que des sujets que nous connaissons vraiment.

On ne parle pas beaucoup de technique et tous nos articles sont abordés de manière bienveillante. Nous ne détenons aucune vérité. On sait seulement ce qui a fonctionné pour nous. On crée ce en quoi on croit.

comment-etre-creatif-en-photo-004

Photo de Baptiste Dulac

On aborde beaucoup le thème des valeurs, nous pensons que c’est aujourd’hui central dans une activité de photographe. C’est aussi une mentalité, une curiosité, une recherche personnelle incessante pour toujours se dépasser, aller plus loin et devenir une meilleure personne.

Pour les curieux qui ne nous connaissent pas, vous pouvez retrouver nos trois articles qui ont eu le plus de succès jusqu’à présent :

Comment devenir photographe professionnel

Comment vivre de la photo de nos jours ?

Réussir vos photos de couple (partie 1, partie 2) »

hossegor-fran

Photo de Jérémy Guillaume

Comment se déroulent les workshops?

« Les workshops que nous proposons se déroulent sur plusieurs jours. Notre souhait est de proposer une formation adaptée à chacun. Il y a des temps théoriques, des temps de pratique et des ateliers personnalisés.

Ce qui est important pour nous c’est que les participants puissent partager leurs valeurs concrètement avec des futurs clients.

jg2_1099

Photo de Jérémy Guillaume

On choisit des lieux où l’on se sent bien pour partager dans de bonnes conditions. Si l’esprit est libre, il y a plus de chances de se trouver et d’être prêt à mettre en place certains changements. Notre dernier workshop se déroulait dans les Alpes, dans un petit village coupé du monde, c’était magique. Pour le prochain, qui aura lieu en mars ou avril, nous sommes dans la même démarche. » (Retrouvez ici le témoignage de Coraline

Pour vous, qu’est ce qu’un bon photographe ?

« Pour nous, un bon photographe est un photographe qui a compris pourquoi il l’était. Qui se lève le matin en étant heureux de démarrer sa journée. Un photographe qui prend soin de ses clients. Qui prend plaisir à photographier ce qu’il aime, toujours. C’est également un photographe qui arrivera à mêler harmonieusement qualité technique et émotion.

comment-devenir-photographe-professionnel-2

Photo de Jérémy Guillaume

En réalité, chacun est unique et chaque personne a ses envies et ses inspirations. Alors il n’y a probablement pas UN bon photographe. La clé, selon nous, est de s’écouter, et surtout, de se donner les moyens d’y arriver. Ce n’est pas tout d’avoir une belle vision et des idées. Il faut aussi les mettre en place et se vendre pour vivre correctement. »

Photo de couverture : Jérémy Guillaume

lumys-image-a-la-une

Les nouveautés Lumys

Lumys évolue ! Grâce à vos remontées, vos suggestions sur le site, nous avons amélioré Lumys en gardant comme objectifs la satisfaction de vos clients, l‘optimisation de votre temps, et la personnalisation de vos galeries.

Voici, en détails, les améliorations et nouvelles fonctionnalités !

Lumys Pro – Votre back-office

Paramétrer vos galeries

Tout a changé ! L’interface est désormais plus claire, plus logique.

  • Sur la page d’accueil de votre Lumys Pro, retrouvez vos galeries en cours, publiées et archivées. Pour une meilleure visibilité, vous pouvez les trier comme vous voulez : par date d’évènement, de création, nom, vous choisissez !

tri-galeries

  • La barre flottante sur la droite des miniatures a changé, vous pouvez dorénavant retrouver toutes les options de votre galerie :

aaminiatures

  • Lorsque vous rentrez dans les options d’un galerie, les étapes du paramétrage sont maintenant plus claires, les informations sont regroupées. Les commandes et les statistiques sont dorénavant accessibles directement dans les paramètres de vos galeries.

pag-acceuil

  • La fonction « album » s’est enrichie : vous avez la possibilité de visionner les miniatures des photos sélectionnées par vos clients. Vous pouvez aussi recharger instantanément la sélection pour récupérer la liste définitive.

album_v2

  • Dans l’optique d’optimiser les visites sur téléphones ou tablettes, vous pouvez maintenant choisir l’emplacement du point de « focus » de votre photo de couverture. Cette option est très pratique si le sujet de votre photo n’est pas centré par exemple.

12687141475848895-ul1j

  • Si vous avez une offre Pro ou Premium, vous avez accès a plus de thèmes pour vos galeries :

sans-titre

  • Vous pouvez dorénavant décider de limiter la taille (en pixels) des photos en mode visionneuse :

limite-taille-photo

 

  • Vous pouvez trier vos photos par collections

tri-par-collections

Les statistiques

  • Les statistiques sont dorénavant plus facile d’accès ! Elles se trouvent directement dans la page de paramétrage de vos galeries.
  • Vous pouviez déjà retrouver les favoris de vos clients. Retrouvez dès maintenant les favoris de vos visiteurs ! (si, bien sûr, ils se sont créé un compte Lumys)

Votre page Lumys

Votre page Lumys évolue ! Plus d’informations sur la configuration de votre page Lumys ici.

  • Arrivée de la boite d’accès rapide,
  • Présentation plus détaillée du photographe
  • La mention « Un service proposé par Lumys » disparait dès l’offre Pro

Intégration site

  • Vous pouvez dorénavant choisir la taille des miniatures ! Vous pourrez ainsi choisir d’afficher, 1, 2, ou 3 colonnes de miniatures.
  • Vous pouvez choisir les effets des miniatures ainsi que l’affichage ou non de la boite de connexion indépendamment des paramètres de votre page Lumys

Retrouvez ici un tutoriel pour paramétrer votre intégration site.

Lumys côté clients

  • L’interface est plus claire, encore plus épurée
  • La navigation est optimisée sur téléphone et tablette
  • La page de contact du photographe est accessible directement depuis vos galeries
  • Si vous avez attribué un nombre maximal de photos à sélectionner pour l’album, les clients le verront juste ici :

coteclient

 

 

Tirages_marine_szczepaniak

Comment fixer un prix pour vos tirages photos ?

Il n’est pas toujours évident de fixer un prix à son travail. Surtout lorsque ce que l’on vend est artistique. Comment facturer son temps ? Son talent ? Les tirages photos sont indispensables pour garder un souvenir impérissable, alors comment fixer le bon prix pour ses photos papiers ? Et les fichiers HD ? Nous avons tenté de répondre à ces questions !

Pour ne rien vous cacher, nous avons voulu établir une moyenne des prix pratiqués par les photographes sur Lumys. Nous pensions que ces données pourraient aider certains photographes à y voir plus clair afin de fixer leurs prix plus simplement. Seulement, il est très difficile d’en ressortir une tendance. En effet, il existe autant de gammes de tarifs que de photographes !

Autant de prix que de photographes

En tant que photographe, c’est vous qui fixez le prix de votre production. Certain choisissent, par exemple, d’offrir les fichiers numériques à leurs clients, à l’issue de la séance. Ils considèrent que ces fichiers sont compris dans la prestation.

D’autres considèrent qu’un tirage d’une de leur photos a un certain prix, compte tenu du travail passé sur la photo, de la renommée du photographe, de sa place sur le marché etc… De quelques euros à des dizaines d’euros, le prix d’un tirage résulte de nombreux critères. Le tout est de savoir comment vous vous en sortez pour vous rémunérer ? Comment vous situer face à la concurrence ?

Un prix pour qui ? Pour quoi ? Comment ?

Après avoir défini quel(s) type(s) de prestation(s) vous souhaitez proposer, il est temps de réfléchir aux différents publics que vous pourriez rencontrer. Bien sûr, cela ne veut pas dire « faire un prix à la tête du client » ! Prenons un mariage par exemple. Il y a, de manière générale, deux types de clients. Les mariés, bien évidemment, peut-être avec eux leurs parents. Ceux-ci peuvent être considérés comme des clients privilégiés. Puis il y a les invités. Vous pouvez tout à fait prévoir deux gammes de prix différentes pour ces deux types de clients. Pour définir vos prix, il faut d’abord passer par une phase de calcul. C’est parti !

Un prix, des coûts

giphy

Vous vous en doutez, il y a un prix minimal à afficher pour être certain de faire un peu de bénéfices. Pour cela, voici quelques pistes de coûts à prendre en compte lorsque vous vendez un tirage standard.

Tout d’abord, la matière première : le coût du tirage en lui même. Ce coût varie selon les prestataires, il est généralement de quelques dizaines de centimes pour un tirage.

Ensuite, il faut éventuellement compter les frais bancaires qui s’appliquent pour chaque transaction. Là encore, les prix varient ! Tout comme les frais d’envoi de vos photos.

Si vous passez par des galeries en ligne, le site peut vous prendre des commissions sur ce que vous vendez. Suivant les sites, les commissions oscillent entre 10 et 20%. Sur Lumyspar exemple, si vous prenez un abonnement, nous ne prenons pas de commissions.

Bien sûr, comme suggéré un peu plus haut, vous pouvez aussi prendre en compte tout le travail mis en œuvre pour que la photo existe ! (shooting, retouches, mise en ligne…)

Pour aller plus loin…

Si vous voulez en savoir plus sur l’aspect marketing et vente du métier de photographe, faites un tour sur l’excellent blog de Rachel Nething, Portraitoupaysage.com. Voici quelques articles qui devraient vous intéresser :

8 conseils pour vendre !

10 astuces pour vivre de la photographie

Augmentez rapidement vos ventes

Photo à la une : Marine Szczepaniak

encadrement photo fine art qualité professionnel

Les encadrements photos : des cadeaux personnels et inoubliables

À l’approche d’un anniversaire, de la fête des mères ou alors de Noël, nous nous posons toujours la même question : qu’est ce que je peux bien lui offrir ? Ce n’est pas toujours évident de trouver un cadeau original, personnel, inoubliable, bref, un cadeau unique pour une occasion exceptionnelle !

Il est tentant d’opter pour la facilité : un bon livre, une carte cadeau… Aujourd’hui, les tirages photos deviennent indispensables pour garder et regarder vos plus beaux souvenirs. Pourquoi ne pas voir encore plus grand pour un cadeau VRAIMENT extraordinaire ?

Un bel objet…

Les encadrements photos font toujours bonne impression dans un salon. Plus qu’un élément de décoration, c’est un objet de valeur qui résulte d’un véritable travail de professionnel : des matériaux nobles pour un cadeau précieux. En plus, peut importe la photo que vous voulez encadrer (mieux vaut tout de même une photo prise par un professionnel), vous pouvez choisir la finition (du verre, du plexi …) sur fond ou pas, caisse américaine, toile … Plutôt un format 20X30, ou plus grand, 60X80 ? C’est un bel objet qui a toujours une histoire !

visuel-caisse-americaine-artdeqo-photo-laurent-vilbert

Caisse américaine, baguettes bois, chez Artdeqo / Crédit photo Laurent Vilbert

… Personnel

Qu’y-a-t-il de plus personnel qu’une photo ? Cela peut être la photo d’une maison d’enfance, d’un bébé, ou d’un mariage pour un anniversaire particulier. Après avoir choisi le bon photographe pour son mariage, il serait dommage de ne pas profiter des fruits de son travail jusqu’au bout ! Plus qu’un objet, vous offrirez un souvenir particulier, une image à forte valeur sentimentale. Avec un encadrement, vous aurez la garantie d’offrir un cadeau unique, qui ne se retrouvera pas dans tous les salons !

photo mariage professionnel

Photographie d’Hélène Charier

Et intemporel

Il y a des occasions pour lesquelles on souhaite trouver un objet qui traverse le temps. Un bel encadrement peut se transmettre de générations en générations. Il peut raconter l’histoire d’un lieu, d’une famille. Bref, c’est un cadeau inoubliable !

romy-saverys-naissance-nouveau-ne-femme-enceinte-bebe

Photographie de Romy Saverys

L’avis du photographe

Toujours pas convaincu ? Quoi de mieux que l’avis d’un professionnel de la photographie ? Pour Olivier Fréchard, les encadrements photo permettent de sublimer une image :

vide logo-fb instagram_app_large_may2016_200 official-twitter-logo-tile « Je me suis longtemps contenté de livrer des fichiers numériques à mes clients, pensant qu’il untitled-design-2fallait « vivre avec son époque ». Mais soyons honnête, nous disposons tous aujourd’hui de milliers de photos sur nos disques dur ou même sur nos smartphones et tablettes sans même jamais les regarder. L’image a perdu de sa valeur car nous avons aujourd’hui la possibilité de prendre et de stocker de nombreuses photos sans se soucier de leur pérennité. Nous avons pris l’habitude de les regarder sur nos écrans qui, dans les meilleurs des cas, font quelques dizaines de centimètres de diagonales. J’ai donc souhaité redonner de la valeur à mes images et à ce que je livrais à mes clients. Aujourd’hui, à travers une large gamme de produits, je propose, entre autres, des tirages Fine Art contrecollés montés en caisse Américaine ou en cadre d’art de grand taille. Je donne notamment la possibilité à mes clients de me fournir une photo de leur salon ou de la pièce où ils envisagent de poser leur cadre afin de leur faire un montage leur permettant de visualiser le résultat qu’ils peuvent attendre (cf photo tout en haut de l’article). La réaction des clients qui commandent ce type de produit est toujours la même : ils disent avoir l’impression de pouvoir « entrer dans la photo » et de redécouvrir totalement l’image qu’ils avaient vue sur ordinateur. Et ce type de cadre fini toujours au mur du salon, ou il trône fièrement entouré d’autres souvenirs de familles. »

Si vous avez envie de voir à quoi peut ressembler un encadrement photo professionnel, voici le site d’un de nos laboratoires partenaires, Artdeqo. Vous pouvez aussi retrouver certains produits sur Lumys !

statutquestion

Changer de statut juridique : pourquoi et comment ?

Selon vos besoins et votre situation, vous avez été, êtes, ou serez amenés à changer de statut juridique pour votre entreprise. Voilà un mot qui fait peur… SAS, SASU, EURL, EIRL, Micro-entrepreneur, SARL ? Ce n’est déjà pas toujours évident de créer sa première société, alors changer de statut !? Pas de panique, chez Lumys, certains photographes professionnels ont sauté le pas. Nous avons demandé à Philippe Félicité de nous faire part de son expérience.

Après avoir partagé avec nous ses astuces pour être efficace sur les réseaux sociaux, Philippe Félicité, photographe, nous explique pourquoi et comment il est passé du statut micro-entrepreneur (ancien auto-entrepreneur) à celui de SAS (Société par actions simplifiées).

Pourquoi être passé du statut micro-entrepreneur à celui de SAS ?

« J’ai décidé de changer de statut juridique car je devais changer de matériel. Il faut savoir que lorsqu’on est micro entrepreneur (le nouveau terme pour auto entrepreneur), au niveau des charges, on ne récupère rien. Je voulais aussi me libérer du RSI, la couverture sociale pour les indépendants !

Il me fallait également un statut qui puisse s’accorder avec mon autre statut de salarié. »

Concrètement, qu’est ce que cela change pour vous, ce nouveau statut ?

« Aujourd’hui je suis président de ma société, mono actionnaire.

Ma société est bien séparée de mon patrimoine.*

Tout ce qui est dans la société y reste, je récupère la TVA sur le matériel. Comme j’ai un studio photo chez moi, maintenant, je peux passer les frais électricité en charges ! »

*La SAS est une personne morale, ce qui signifie qu’elle a une existence qui est indépendante de ses fondateurs. Elle a un patrimoine qui lui est propre et donc séparé de celui de ses associés. Leur patrimoine personnel est protégé en cas de dettes de la société.

Avez-vous eu besoin d’aide pour changer de statut ?

« J’ai fait appel à un comptable. Il s’est surtout occupé des démarches administratives.

Ce n’est pas si compliqué, je m’attendais à pire ! J’ai juste signé les papiers !

Bon, j’ai eu quand même quelques difficultés.

Il faut déposer les fonds du capital déclaré à la Banque avant de déposer les statuts à la chambre de commerce. Or mon banquier m’avait demandé les statuts pour créer le compte de dépôt, donc j’avais signé les statuts avant ! Et à cause de cela, la chambre de commerce m’a redemandé un certificat de dépôt de fonds avec une date de signature précédent la date de signature des statuts…

Bref, j’ai quand même dû changer mon numéro de SIRET, alors que normalement, ce n’est pas nécessaire.

Au final tout est réglé, je suis maintenant officiellement président de ma société !

Il faut sauter le pas, être rigoureux, et surtout bien se renseigner ! »

SASU, SARL, EURL … Quel statut juridique choisir ?

Vous aussi vous souhaitez changer de structure juridique ? Vous l’avez compris, cette décision ne se prend pas à la légère. Voici quelques critères à prendre en compte :

  • La fiscalité : impôts sur le revenu/impôts sur la société ?

  • La couverture sociale : régime des indépendants/régime des salariés ?

  • Responsabilité financière et juridique de la société ? Limitée ou indéfinie ?

Voici un tableau récapitulatif des principales différences entre cinq statuts :

différences statuts juridiques

Cliquez ici pour accéder à l’article de L’Express

Si vous souhaitez plus d’informations sur les différentes formes juridiques, voici quelques articles à lire :

N’hésitez pas à vous rapprocher de votre Chambre de Commerce et d’Industrie !

Philippe Félicité

Untitled design (6)

Site internet / Facebook

photoallan

Qui est « l’Inconnu du tramway » ?

Photographier un inconnu par jour : drôle d’idée ! Allan Touchais a pourtant commencé ce projet en 2013. Depuis, il ne peut plus s’arrêter ! Régulièrement, il poste sur son blog des portraits d’inconnus croisés dans le tramway. Ses photos sont toujours accompagnées d’un texte sur leur vie, leurs projets. Aujourd’hui, à son tour de nous raconter son histoire !

Pourquoi photographier des inconnus ?

« J’ai toujours été fasciné par les portraits et surtout ceux d’inconnus dans la rue. J’ai longtemps cherché un projet photographique, et je trouvais que faire seulement des photos d’inconnus, c’était assez péjoratif. Je voulais approfondir la chose en m’intéressant vraiment aux gens que je photographierais. J’ai donc regardé ce qui se faisait sur le web et me suis rappelé d’un blog d’une fille qui parlait à des inconnus dans le métro : « l’inconnu du métro » (projet qui fût arrêté en 2010, elle laissait la porte ouverte à qui souhaitait reprendre son projet – ce qui ne se fit jamais mis à part moi à Nantes en 2013.) J’ai lu tout son travail et j’ai essayé de la contacter mais en vain, je n’ai jamais eu de réponse ! C’est donc comme ça que le projet à commencé. Je voulais partir sur ses traces, en apportant ma touche à moi : une photo plus poussée, et une interview plus riche. »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Magalie, une inconnue du tram

Vous vous souvenez de votre premier inconnu ?

« Cela a démarré le 2 septembre et mon premier inconnu s’appelle ‘Corentin’. J’ai angoissé toute la journée à l’idée d’aborder mon premier inconnu, j’ai observé tout le monde dans les transports et j’ai fini par me jeter sur un jeune homme qui descendait du bus en bas de chez moi. »

Corentin

Corentin, le premier « Inconnu » d’Allan

Pourquoi le tramway ?

« Premièrement, parce que c’est mon principal moyen de locomotion pour aller au travail.

Deuxièmement, parce que les gens ne peuvent pas s’échapper et me dire qu’ils n’ont pas le temps de discuter avec moi. C’est un endroit clos, ils sont coincés en face de moi !

Troisièmement, parce que c’est un lieu où les gens vont encore plus chercher à s’isoler : téléphone portable, musique, journaux gratuits, livres … Alors j’ai eu une idée :  créer du lien social dans un lieu où les gens cherchent à se renfermer. »

Les gens vous parlent facilement ?

« Oui, les gens acceptent toujours de discuter avec moi dans 99,99% des cas, mais ce qu’ils refusent, c’est la photo. Et ce pour différentes raisons : peur des réseaux sociaux, ne se trouvent pas photogéniques, peur de ce que je vais faire de leur image. »

Savez-vous combien d’inconnus du tram vous avez photographié ?

J »e n’ai pas compté depuis longtemps mais je dois être proche des 500 inconnus et je ne compte pas m’arrêter là ! »P6140002

Benoit, un inconnu du tram

Qu’est ce qui vous plait le plus dans ce projet ? Un inconnu vous a-t-il particulièrement marqué ?

« Ce qui me plaît c’est de faire de la photo tous les jours et de découvrir des parcours de vie, c’est extrêmement enrichissant humainement. Oui certains m’ont marqués plus que d’autres mais c’est lié à l’actualité ! Des gens qui ont fui leur pays, des gens qui n’ont pas de travail et qui en cherchent désespérément un … Oui tout ça me marque ! »

Quel(s) message(s) voulez-vous faire passer à travers ce projet ?

« Parlez-vous ! C’est comme cela qu’on luttera contre les préjugés, que l’on évitera les agressions dans les transports sans que personne ne bouge, et surtout que l’on rigole tous. Moi j’ai des fous rires tous les jours avec mes inconnus et ça nous fait un bien fou !! »

P6020002

Marie, une inconnue du tram

Vous avez photographié des inconnus du Hellfest dernièrement, avez-vous d’autres projets photographiques ?

Oui, après mon passage au 20h de TF1, j’avais envie de me lancer un nouveau défi, un nouveau projet mais toujours autour des inconnus. Je suis tombé par hasard sur un article de fanatiques religieux qui pointait du doigt les metalleux : sacrifices, pacte avec le diable, etc. Moi-même fan de metal je me suis senti jugé et c’est comme ça que j’ai eu l’idée de faire des interviews des festivaliers du Hellfest. J’ai donc contacté le staff qui a tout de suite accepté, et ils m’ont laissé carte blanche sur le projet « Inconnu du Hellfest ». Pour ce qui est de mes autres projets, j’ai des choses en tête toujours sur le thème de l’inconnu mais pour le moment je me focalise sur les 3 ans du blog en septembre ! »

photoallanAllan Touchais – Site – Facebook – Instagram –  Twitter

Trash-the-dress-Day-after

Photographie de mariage : pourquoi faire des séances « Day after » ou « Trash the dress » ?

Les photographes de mariage proposent de plus en plus des séances « Day After » et « Trash the dress ». Mais en quoi consistent ces prises de vue ? Ces séances « en plus » valent-elles vraiment le coup ?

Trash-the-dress-Day-after

Les séances photos « Day After » (littéralement « Le jour d’après ») et « Trash the Dress » (« Salir la robe ») se déroulent après le jour J, celui du mariage. Ces séances sont souvent proposées en plus de la prestation mariage classique. Pourtant, elles représentent de réels avantages ! Christophe Stempfer, photographe professionnel, et Lumys, les ont listés pour vous !

Pour la date

Vous pouvez fixer librement la date du shooting ! Plusieurs avantages découlent de cette opportunité. Le premier, évident et ô combien important : la météo ! Christophe Stempfer cale toujours deux dates avec ses mariés. S’il fait beau à la première, il annule la deuxième, et vice versa ! En plus, si vous souhaitez un shooting dans un lieu touristique, vous pouvez opter pour un jour en pleine semaine ! Il y aura alors beaucoup moins de monde sur place.

Trash-the-dress-Day-after

Pour l’horaire

Qui dit date, dit horaire, alors pourquoi pas caler le shooting en plein dans la « golden hour » ? L’heure magique où le soleil envoie sa plus douce lumière ! Ou alors la nuit, pour de superbes photos sous un ciel étoilé.

Trash-the-dress-Day-after

Pour profiter du jour J et se lâcher !

Le jour J, c’est un peu (beaucoup) la course. Souvent, les photos de couple prennent du temps. Alors, les mariés ne sont pas avec leurs invités, et ne profitent pas de la fête. Repoussez le shooting de couple à plus tard ! Tout le monde sera beaucoup plus détendu, en plus !

Puis on peut imaginer beaucoup plus de poses ! Dans l’herbe, dans la terre, dans les airs, sous des cascades d’eau ! Le photographe et ses modèles peuvent enfin se lâcher, et cela donne souvent des clichés magiques !

Trash-the-dress-Day-after

Pour se créer des souvenirs uniques

Shooter dans un lieu représentatif du couple, de sa rencontre, c’est construire le décor d’une histoire.

C’est un vrai travail d’approche de la part du photographe : connaître ses modèles pour faire ressortir à l’image leur complicité. Un arrêt de bus, une salle de classe, un bar… Les lieux des rencontres d’une vie sont infini ! Ces photos sont originales, personnelles, et ont un vrai sens !

Trash-the-dress-Day-after

Christophe Stempfer, l’auteur de toutes les magnifiques photos apparaissant dans cet article, tente un nouveau style de shooting : prendre des photos pendant le voyage de noces ! Rassurez-vous, le photographe ne s’incruste pas. Il ne reste qu’une journée voire deux, pour capturer des moments saisissants dans des lieux paradisiaques !

Alors, convaincu(e)s ?

Pour voir encore plus de photos du talentueux Christophe Stempfer :

16.07.01-19''08'30-0471-Modifier     Christophe Stempfer – Son siteFacebookInstagram

jeremy-guillaume-lumys-photo-bonus

Pourquoi faire appel à un photographe professionnel pour son mariage ?

Filtres, mini-objectifs, nouveau capteur : les smartphones nous promettent de prendre des photos comme des pros. Les photos prises avec nos téléphones sont de plus en plus belles, alors pourquoi s’embêter à payer un photographe professionnel pour le jour le plus important de notre vie ? Peut-être pour le côté « professionnel », justement !

Pour cadrer

Cadrer, c’est équilibrer l’image. Et c’est tout un art. Savoir jouer avec les lignes naturelles du décor, respecter la règle des 2/3, ou simplement avoir tout le monde sur la photo requiert de la technique. Même si nos smartphones sont aujourd’hui capables de reconnaître les visages, il reste difficile de développer des technologies pour cadrer vraiment comme un pro.

jeremy-guillaume-lumys-cadre-03

Exemple de cadre naturel (photo de Jérémy Guillaume)

Pour retoucher

Une fois la photo prise, le travail de retouche est indispensable. Non pas pour faire paraître plus jeune, ou plus grand, mais pour faire ressortir les couleurs, appuyer le contraste, faire vivre la photo ! Pour cela, il faut des logiciels puissants, capables de modifier l’aspect d’une photo sans la détériorer. Mais il faut également savoir s’en servir. C’est pour cela que seul un photographe professionnel peut embellir véritablement vos photos.

jeremy-guillaume-lumys-avant-apres-01jeremy-guillaume-lumys-avant-apres-02

Avant/après la retouche (Jérémy Guillaume)

Pour saisir le bon moment

Pour une fête de famille, il est facile de se dire que tonton fera bien l’affaire en photographe du jour. En plus, il a super reflex ! Oui mais, tonton n’a pas forcément une dizaine de mariages à son actif. Il ne sait pas quel angle prendre lors de l’échange des alliances, où se placer pour la sortie de l’église/la mairie. Surtout, tonton ne profitera pas de la fête, planqué derrière son super reflex !

jeremy-guillaume-lumys-le-bon-moment

Le bon moment (Jérémy Guillaume)

Pour la (très) bonne qualité

Les smartphones ont beau vous promettre des photos de qualité optimale, il n’est pas certain que vous puissiez les imprimer en grand format … La qualité des photos prises par un photographe professionnel permet de les imprimer en poster, ou sur toile ! Une des raisons : le photographe professionnelle shoote en RAW. Ce terme un peu barbare signifie que la photo contient beaucoup plus d’informations qu’en JPEG par exemple. La retouche est alors beaucoup plus fine !

jeremy-guillaume-lumys-la-bonne-qualite

La qualité professionnelle (Jérémy Guillaume)

C’est son métier de vous mettre en valeur !

On a tous des photos où l’on ne se trouve pas vraiment à son avantage : « J‘ai un double menton sur celle là ! » ; « On dirait que je pèse 10 kilos de plus ! ». Un photographe professionnel sait vous rendre beau. C’est même son métier ! Le lumière, l’angle de prise de vue, il saura même vous faire sourire au bon moment.

jeremy-guillaume-lumys-mettre-en-valeur

Capter l’insaisissable (Jérémy Guillaume)

Alors, êtes vous vraiment certain(e) que Tonton Michel a toutes ces compétences ?

Jérémy Guillaume (l’auteur des photos de cet article) lui, les a, c’est sûr !

Si vous voulez voir d’autres de ses superbes photos, c’est par ici, par , et par là aussi.

7 conseils pour développer sa créativité

Être créatif, c’est donné à tout le monde. Oui, vous avez bien lu. Nous avons tous en nous une part de créativité. Certains la développent à fond, d’autres en font un usage modéré, et d’autres encore n’y pense même pas. Pour un photographe, être créatif, c’est cette petite touche qui peut différencier des autres, c’est une signature, une patte.

Ce petit truc en plus, Marie Gambardella, fondatrice et photographe de Lunea Images, nous l’a fait partager à travers ses photos !

Et si on prenait notre côté créatif comme un muscle que l’on doit entrainer, fortifier, nourrir ?

Voici 7 conseils pour développer sa créativité :

  • La beauté dans le détail

Parfois, la bonne idée peut se trouver dans le détail. Un objet, ou une partie du corps mise en avant donne du caractère à une photo. Elle peut aussi rappeler de bons souvenirs !

www.lunea-images.fr-photographe-specialiste-enfance-naissance- familleMS7C4139

Les mignons petits pieds d’un bébé !

  • Servez-vous de ce qui vous entoure !

Le décor naturel peut vous offrir beaucoup d’opportunités. Laissez-vous porter par les cadres naturels, ou les éléments déjà en place pour construire votre photo.

IMG_9078lunea-images-photographe-specialiste-enfance-mariage

Marie Gambardella : « Là, j’ai joué avec la perspective, et la joie de vivre de mon modèle ! »

  • Vivez l’instant

Bien sûr, et ce quelque soit le domaine, il est nécessaire de maitriser un minimum de technique pour se laisser aller à ne plus y penser. Mais il n’est pas bon de se focaliser uniquement sur ses réglages. En plus, vous pourriez vous faire des surprises en vous trompant ! Profitez du numérique pour essayer, vous tromper, recommencer, jusqu’à cet instant magique ou le hasard décide de créer une photo unique !

www.lunea-images.fr-photographe-specialiste-enfance-naissance- familleMS7C9059

« Il pleuvait ce jour là. De la pluie, du soleil, de la pluie.. On était bien trempé, mais on a pu profiter de la magnifique lumière ! »

  • Bougez !

L’angle, c’est une composante essentielle en photographie. N’hésitez pas à vous déplacer, à bouger, à vous allonger, vous accroupir, vous asseoir, prendre de la hauteur, vous rapprocher… L’ennemi de la créativité, c’est l’immobilité.

IMG_0588lunea-images-photographe-specialiste-enfance-mariage

« Je suis très souvent allongée dans l’herbe à plat ventre, à la hauteur de mes petits modèles ! »

  • Soyez curieux ….

… des techniques photos ! Initiez-vous à la pose longue, au bokeh, ou encore au focus stacking, apprenez sans cesse de nouvelles façon de photographier ! De la même façon, servez-vous de ce qui vous passe par la main lors de vos shootings ! Explorez toutes les possibilités, ne vous posez aucune limite.

www.lunea-images.fr-photographe-specialiste-enfance-naissance- familleMS7C4816

Ne pas hésiter à photographier en contre jour !

  • Écoutez vos modèles

Photographier des « êtres vivants » n’est pas chose aisée. Il faut réussir à capter une émotion, or, certains d’entre nous ont de réelles carapaces, et rien ne filtre. Pour éviter de photographier sans passion, parlez avec vos modèles. Essayez de savoir qui ils sont. Cela vous donnera une idée des couleurs, de la lumière, de la pose à prendre.

www.lunea-images.fr-photographe-specialiste-enfance-naissance- familleMS7C6083

« J’ai demandé à ce papa de me raconter la naissance de son bébé. Je lui ai dit que c’est la plus merveilleuse petite personne au monde. Il a acquiescé et l’a embrassé ! J’ai pris la photo juste à ce moment là ! Il faut prendre le temps de discuter avec ses modèles. »

  • Faites des pauses

C’est un conseil qui vaut pour toutes les professions : il faut lever la tête du guidon ! Très souvent la magie n’opère pas facilement au bout de 3 heures de réflexion intense. Faire des pauses, c’est tendre un piège à son cerveau. Réfléchir à autre chose ne serait-ce que quelques minutes permet de rétablir un bon système de pensée. C’est comme votre ordinateur : lorsqu’il chauffe trop, mieux vaut le laisser tranquille quelques minutes…

Pour retrouver encore plus de photos de Marie Gambardella, n’hésitez pas à faire un tour sur son site internet, juste ici , et sa page Facebook, juste :)